Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/11/2017

Dilettante

 

Dilettante

 

S’enfuir de l’effervescence d’un 22 octobre 2017 qui restera à jamais ancré dans ma mémoire.

Ne pas oublier, mais se mettre au vert loin du tumulte du Larzac. Cela peut paraître incongru, incompréhensible. Comment peut-on fuir du Caylar, comment imaginer un instant que l’on veut s’en aller de ce Larzac qui nous unit tous ? Peut-il y avoir un endroit où l’on peut se remettre d’un 22 octobre 2017 ?

Pourtant, avec Noëlla, nous sommes partis poser l’émotion, relâcher la pression, faire le vide l’instant d’un week end.

Profitant de l’hébergement d’un ami, nous nous sommes ressourcés au calme dans une contrée paisible, à deux pas de l’ancien Comté de Foix, l’Ariège.

Si nous avons fini notre court séjour par le Mas d’Azil à la redécouverte de la célèbre grotte creusée par l’Arize, la véritable mise au vert s’est opérée dans les pentes du col de la Core, avec le Lac de Bethmale.

J’avais gravi le col de la Core, en suivant la randonnée Hendaye-Cerbère, et j’avais quitté la route un moment pour voir ce lac. Mais, me souciant de mes amis qui étaient en pleine pente et qui ne m’avaient pas vu bifurquer, je m’étais arrêté à la première retenue sans pousser légèrement plus loin mon vélo pour découvrir ce lieu qui vous scotche sur place, par tant de beauté. J’étais passé à côté.

IMGP0581.JPG

C’est alors que notre hôte nous suggère de nous mener vers Bethmale, via St-Girons. Nous y arrivons au moment où la lumière du soleil vient juste de franchir la crête de la montagne et qu’elle éclaire la presqu’île au beau milieu d’une eau émeraude, limpide et calme. Des nuances de lumière voguent lentement sur la surface. Tantôt sombres, tantôt claires, ces nuances se mêlent aux reflets des arbres et aux mouvements des poissons.

IMG_9868.JPG

IMG_9874.JPG

Si les couleurs d’automne éblouissent ce lieu, qu’en est-il en hiver avec la poudreuse ? Qu’en est-il au printemps avec le vert tendre des arbres ? Autant de questions, autant de rêveries ici, assis sur la roche, pratiquement au beau milieu du lac. On se trouve en état de grâce. 360 degrés de magie et voilà le tumulte, la pression, le succès, l’émotion relâchés dans cette eau pure.

IMG_9872.JPG

IMGP0587.JPG

Il fallait ça pour tromper le Larzac. Moins ce n’était pas imaginable… Que l’Escandorgue, le Pas de l’Escalette, le Perthus et le Roc Castel me pardonnent parce que j’y reviendrai.

Ah ! Je me souviendrai longtemps de ce lâcher-prise !

Pierre

 

 

 Texte et photos Pierre Hérédia

Mise en page MFB

 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.