Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/04/2017

Sur la tombe du Père

 

Sur la tombe du Père

 

En villégiature dans la capitale des Gaules nous avons profité de cette occasion pour nous rendre au cimetière de la Loyasse, sur la tombe de Paul de Vivie. Sans entrer dans le culte de la personnalité, ni dans le pèlerinage vélocipédique nous tenions tout de même à connaître ce lieu, au même titre que Pernes-les-fontaines, Saint-Etienne, le col de Pavezin ou celui de la République qui résonne encore du cliquetis des dérailleurs aux journées « Vélocio » d’antan !

Bien que nous n’ayons pas encore adopté ce merveilleux petit appareil qui vous dirige depuis un satellite, nous avions repéré ce lieu sur un plan de la ville. Mais dans ce genre de situation, il est préférable de s’entourer des services d’un guide. Facile à dire mais plus difficile à trouver. Ah, si Raymond habitait Lyon ! Mais notre cher Ami réside entre les bras de la Sorgue qui irrigue la plaine vauclusienne. Alors, nous avons eu l’idée de contacter notre ami Jacques Seive.

6 - Jacques Seive (Copier).JPG

Jacques Seive

Jacques est originaire de Roanne, où il a effectué ses débuts dans le cyclotourisme entouré de personnalités chevronnées et passionnées par cette discipline. Puis, les aléas de la vie l’ont rapidement amené à Lyon où il réside depuis 60 ans. Notre suggestion l’a enthousiasmé et un rendez-vous fut pris dans la foulée.

 

En ce lundi 27 mars, un soleil radieux inonde la ville, confluence où Rhône et Saône ont décidé depuis fort longtemps de mêler leurs eaux venues d’horizons divers. Le funiculaire nous hisse sur la colline de Fourvière, vestige d’une ancienne moraine de l’époque glacière. La cathédrale chère aux Lyonnais dresse ses flèches vers le ciel et la ville déroule son tapis urbain à nos pieds. Après avoir donné un coup d’œil au théâtre romain adossé à la pente, nous poursuivons notre cheminement afin d’atteindre pour l’heure dite l’entrée de l’édifice funéraire.

1 - la cathedrele de Fourviere (Copier).JPG

la cathédrale de Fourvière

Notre ami lyonnais est également fidèle à l’horaire convenu et après de chaleureuses retrouvailles, nous nous engageons dans l’allée principale. Au passage Jacques nous fait découvrir le monument à la mémoire d’Edouard Herriot, Maire de Lyon durant un demi-siècle. Puis nous arrivons sur la tombe de la famille de Vivie-Regie ; Jacques nous explique qu’elle était en piteux état et que la FFCT, sous l’impulsion de Dominique Lamouller, a fait engager les travaux nécessaires à sa restauration. C’est d’ailleurs Jacques qui assure l’entretien avec quelques visites au cours de l’année. Moment de recueillement mais aussi de petites anecdotes que notre Ami nous distille au cours de la conversation.

3 - l'hommage de la FFCT (Copier).JPG  4 - et celui des cyclotouristes stephanois (Copier).JPG

 l'hommage de la FFCT              et celui des cyclotouristes stéphanois

 

Puis, assis sur un muret ensoleillé, Jacques se remémore une foule de souvenirs et nous échangeons un long moment sur ce cyclotourisme qualifié aujourd’hui de « classique » ou « d’authentique ». Pêle-mêle il nous évoque son premier Pâques-en-Provence et l’éloquence du discours de Charles Antonin, son amour pour le village de Brantes, son amitié avec Pierre Roques, ses années passées au comité de rédaction de la revue fédérale et les divers écrits pour cette dernière. Nous revenons aussi sur sa célèbre interview de Vélocio, sa délicieuse lettre à Robert-Louis Stevenson ou son discret hommage au Préfet Erignac : des moments forts au contact d’un homme sensible et attachant.

Avant de nous séparer, il nous fait part de son regret de ne pouvoir participer au prochain Pâques-en-Provence ; l’autoroute du soleil et sa cohorte de poids lourds sont devenues au fil des ans un obstacle insurmontable.

La matinée s’est écoulée lentement au rythme de pédalées imaginaires longuement évoquées dans cette amicale discussion avec Jacques Seive. Nous étions à deux pas de la sépulture de Vélocio, le Père, l’inventeur de la démultipliée, l’initiateur du Cyclotourisme, cette activité de plein air qui, à nos yeux, est tout simplement un art de vivre…

Nous avons quitté la colline de Fourvière afin de regagner le cœur de ville, la place Bellecour baignait de lumières et puis le pont de la Guillonière nous a permis d’enjamber le Rhône. Sur la rive de beaux aménagements destinés à la détente sont proposés aux passants, aux promeneurs. Nous avons observé avec gourmandise la via Rhôna, cette voie cyclable reliant le lac Léman à la Méditerranée. Un jour futur, sans doute, nous ferons cause commune avec ce ruban de bitume, suivant fidèlement la destinée de ce fleuve alpin qui a donné naissance à un immense delta : la Camargue, le pays de Crin Blanc et de Christine …

Guy Cambéssèdes

2 - la via Rhona (Copier).JPG

la via Rhôna

5 - le tout nouveau musee de Confluence (Copier).JPG

le tout nouveau musée de Confluence

7 - Lyon, la presqu'ile (Copier).JPG

Lyon, la presqu'ile

8 - le quartier de la Croix-Rousse (Copier).JPG

le quartier de la Croix-Rousse

                                                                                   

Photos et récit Guy Cambéssèdes

Mise en page MFB 

  

Écrit par LA - mise en page MF |

Les commentaires sont fermés.