Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/08/2016

Rencontre amicale sur le Larzac

 1°/ Récit et photos Pierre H 

Un Guide pour apprendre !

La pluie pour se souvenir !

C’était un temps à laisser les vélos au garage et ce fut chose faite, mais il fallait plus pour que celles ou ceux qui les chevauchent restent à l’abri.

Une bonne vingtaine de cyclo sans vélo s’étaient donné rendez-vous près de la gendarmerie du Caylar pour une journée de visite, d’écoute, d’enrichissement géologique et historique.

2 présentation.JPG

Une écoute sous les capes, ponchos, parapluies et capuches sur le Causse de Campestre, non loin du Luc. Une écoute silencieuse pour s’imprégner d’une page de faits historiques du lieu, si bien raconté par notre guide du jour.

5 chemin faisant.JPG

chemin faisant....

6 Barbelés.JPG

 

 

Un paysage campé de buis dans un relief de collines, où des parcelles de terrains privés sont délimités par des barbelés, qu’il faudra franchir pour aller à la découverte d’une doline d’effondrement karstique.

 

 

Une doline pour accéder à un abîme empreinte à la fois d’un souvenir de bagne pour enfant avec son lots de misère et son utilité aux dépôts de fromages afin qu’ils développent la moisissure, pour une maturation au goût particulier. 

 

11 ruine.JPG

doline et ruine

9 Ruine.JPG

C’est à l’abri d’un tunnel de plus de 200m de long en pente, avec des lampes pour bien voir où poser ses pieds, que nous accédons à l’abîme de Saint-Ferreol. Après les 62 mètres de profondeur de l’aven nous pénétrons dans une salle à – 80 mètres par un escalier de 12 mètres de haut aux marches régulières mais rendues glissantes par quelques gouttières.

 

13 tunnel.JPG  15 tunnel.JPG

le tunnel

16 tunnel.JPG 17 tunnel.JPG

Nous pousserons la visite jusqu’au fond de l’abîme où par une trouée la pluie nous arrose alors que nous admirons le vert de mousse épaisse qui recouvre les roches, et qui donne du merveilleux à un lieu chargé jadis de douleur et de désespoir. Même si un jour ce lieu devint cave d’affinage pour un fromage à la réputation internationale.

20 escalier.JPG l'escalier 

22 fod abime.JPG

23  l'abime.jpg

l'abime

Après maintes explications de notre passionné guide, nous ferons le chemin à l’envers par ce tunnel rectiligne dont la porte d’entrée de la grande salle est en lambeaux. Un tunnel où l’infiltration de l’eau fait surgir le calcaire qui modifie la couleur de la roche. Nous montons le dos courbé comme à l’aller, mais cette fois vers la lumière du jour, regardant toujours nos petons et passant des zones maçonnés.

24 calcaire.JPG 25 vers la sortie.JPG

vers la sortie

A la sortie, nous retrouvons la pluie en même temps qu’un coup de chaud dû à la différence de température entre l’intérieur de l’abîme et l’aven où nous sommes.

Une bien belle leçon, nous avons reçu ce jour entre cette astucieuse installation pour une activité artisanale rayonnante en son temps, qui contraste avec la colonie de redressement pour remettre sur le droit chemin l’enfant sauvageon, l’adolescent vagabond, le voyou ou simplement l’enfant orphelin.

Il fallait surement ce temps là pour ce souvenir de cette journée enrichissante au sein de l’amicale Larzac-Aventure, si bien qu’à l’heure de l’apéro alors que nous avons quitté le Larzac pour nous mettre au sec chez Jean-Luc à Gourgas, la pluie nous cueille à nouveau, juste pour nous souvenir.

Un grand merci à Guy pour nous avoir trouvé un guide passionné.

Merci à Jean Luc pour son garage et son invitation pour être au sec.

Un immense merci pour les cuistots, la saucisse était au top.

Pierre H 

2°/ Récit Guy Cambéssédes

 photos Jeanine L et Marie-France B

L’abîme de St Ferréol

Pour la traditionnelle journée familiale estivale de l’Amicale, c’est le causse de Campestre qui a été choisi. Avec un site peu connu certes, mais porteur d’une histoire peu commune.

Après un été chaud et lumineux, en ce samedi 20 Août, un vent marin chargé de pluie est venu balayer l’arrière-pays et le Larzac en particulier. Il est vrai que notre secrétaire général avait pointé cette journée depuis plus d’un an, certain que le soleil serait au rendez-vous. Eddius vous dira que lorsque Jean-Marie s’occupe de météo, le pire est à craindre !

DSCN3338.JPG 

IMG_5027.JPG

C’est donc sous une pluie bien formée, drue que le groupe s’est retrouvé aux abords du hameau du Luc afin de se rendre sur les lieux. Pour l’occasion, nous avions fait appel aux services d’un guide du patrimoine pour étoffer cette visite. Mathieu Ancey de l’Office du Tourisme Intercommunal des Cévennes Méridionales nous a proposé une belle prestation car le sujet est épineux et l’affaire déjà très ancienne.

DSCN3341.JPG

IMG_5029.JPGMalgré cette pluie incessante qui a quelque peu gâché cette excursion, chacun s’est retiré satisfait de cette sortie en terres gardoises. Et en définitive, le choix d’une grotte s’est avéré judicieux ! Malgré l’accès escarpé, aucune chute n’est à déplorer.

Chapeau à vous tous.

DSCN3349.JPGDSCN3351.JPG

 

IMG_5034.JPG

A l’heure du repas, les lavognes débordaient et le domaine Cauvel dans la banlieue de la Couvertoirade n’était pas utilisable, littéralement submergé (seules les tours de la commanderie dépassaient des flots !). Jean-Marie  en grand stratège recherchait une solution d’urgence. C’est son fils Jean-Luc, qui spontanément nous offrit le gîte dans son logis de St Etienne de Gourgas, lové au pied du Cirque du Bout du Monde.

DSCN3371.JPG

La pluie cessa illico et l’après-midi fut très agréable autour d’une belle table dressée pour l’occasion. Un banquet de mariage ! dixit Christine. Et comme d’habitude nous avons refait le monde, le monde cyclotouriste bien entendu. Bernard nous raconta des histoires de diagonalistes avec des nuits « blanches » sur le vélo mais d’obscurité totale. René évoqua son Paris-Gibraltar avec son ami Dachez, en dix jours et demi, s’il vous plait … Jacques se remémora cette célèbre Clermontane et Pierrot a refait ce Carcassonne – Pyrénées 2000 une nouvelle fois, mais en palabre ce coup-ci.

Une bien belle rencontre malgré une météo capricieuse. Un grand Merci à Jean-Luc et son épouse pour leur accueil. Ils nous ont « sauvé la baraque » ! Merci également à Josie et Jacques pour les minutieux préparatifs sur leur terrain, mais ce n’est que partie remise.

Martine nous propose la lecture d’un site internet qui reprend l’intégralité de la visite de l’abîme de Ferréol afin de revivre cette matinée, et pour ceux qui n’ont pu venir une véritable découverte :

http://tchorski.morkitu.org/15/luc.htm

Pour le séjour à Camon en Ariège, il est préférable de préparer poncho, sur-chaussures et parapluie car Jean-Marie a passé un contrat avec une agence de prévisions météo, et ce, pour une durée de dix ans !

                                            Christine et Guy Cambéssèdes. 

 

Mise en page MFB

 

Écrit par LA - mise en page MF |

Les commentaires sont fermés.