Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/08/2016

Le Col de la République

Le col de la République

1 a -signaletique 1 (Copier).JPG 1 b -signaletique 2 (Copier).JPG

Nous sommes de fidèles participants au Brevet des Provinces Françaises depuis déjà de longues années. Notre quête de sites remarquables nous convie aux quatre coins de la France afin de découvrir un riche patrimoine, d’embrasser un panorama hors du commun, grimper un col de prestige ou tout simplement aller à la rencontre de l’histoire de notre pays.

En ce début d’été 2016, une virée auvergnate (et non une bourrée !) était au programme des festivités. Après un court séjour sur les terres de Romain Bardet à Brioude (Haute-Loire), les vents d’ouest nous ont poussé jusqu’à Saint-Bonnet-le-Château (Loire) où réside le siège de l’entreprise OBUT. Ah, la pétanque le sport favori des campeurs désœuvrés ! Alors que, nous autres valeureux cyclotouristes, nous avons toujours un brevet, un col, une semaine fédérale ou un rassemblement qui nous courent après. Comment, voulez-vous pratiquer les 35h avec l’avalanche d’activités que nous propose la FFCT, les Cent Cols ou autres officines spécialisées ? Un vrai casse-tête !

Après avoir visité l’abbatiale de notre lieu de villégiature, nous être hissés sur les hauteurs de Chambes afin d’admirer la Loire dans toute sa splendeur, nous nous sommes dirigés vers les monts du Pilat où un col nous attirait depuis déjà bien longtemps.

Il rejoint l’Ardèche au département de la Loire, il relie Annonay à St Etienne, les coureurs de Paris-Nice l’empruntent bien souvent. Mais pour tout cyclotouriste qui se respecte c’est presque un lieu de pèlerinage, un passage obligé, un retour aux sources.

Il s’agit tout simplement du col de la République. 1 b -signaletique 2 (Copier).JPG

Un col à double dénomination car l’on peut aussi l’appeler : col du grand bois, comme la célèbre marque nippone de pneumatiques ! 

3- le monument a la gloire de velocio (Copier).JPGUn symbole, une marque de fabrique dans le monde du cyclotourisme car c’est au sommet de ce col qu’un hommage à Paul de Vivie alias Vélocio est rendu. Un monument bien entretenu trône en son sommet mais dans l’indifférence totale du touriste lambda ! 

Sans plonger dans le culte de la personnalité, nous étions heureux de passer par là. Ce BPF a tout de même une saveur particulière. Nous imaginions l’effervescente pouvant régner en ce lieu lors des journées Vélocio d’antan … 

 

Le monument à la gloire de vélocio4 -Christine prend la pose (Copier).JPG

Christine prend la pose

 

Il est toujours difficile de rattraper le passé, c’est même un exercice périlleux. Nous nous sommes donc lancés dans la rapide descente qui conduit dans cette ville où l’industrie du cycle connue ses heures de gloire. Nous avons vu ce fameux tramway digne des pays de l’est qui renversa, en 1930, ce petit bonhomme chauve, doté d’une belle paire de moustaches.

Et sans problème nous avons trouvé le musée de l’art et de l’industrie, dont Raymond nous a si souvent parlé. L’histoire du cycle s’étale sur un étage complet. De belles machines de toutes époques, des objets, des livres et puis une très belle vidéo de quelques minutes seulement, sur notre activité préférée. Avec quelques photographies des années 50/60 et un commentaire sobre et précis, le Cyclotourisme y est défini dans sa plus noble expression.

La capitale du Forez garde une certaine vitalité industrielle mais n’a plus cette capacité à produire qui en a fait son renom au siècle dernier.

5 -le musee de l'art et de l'industrie (Copier).JPG

Le musée de l'Art et de l'Industrie

6 -une vue generale (Copier).JPG

Une vue générale

7 -ne chercher pas les pedales (Copier).JPG

Ne cherchez pas les pédales ..

8 -une machine chere a l'Apotre (Copier).JPG

Une machine chère à l'Apôtre

 

Il est déjà tard, nous reprenons la route pour les monts du Lyonnais. Car demain sera un autre jour. Sacré BPF ! Aucune relâche n’est possible. Et, Il y a 534 sites à visiter, à tamponner, à photographier. Et puis, une fois de retour à la maison, il faut tenir les comptes sur cette satanée carte offerte par la Fédé. Il y a même des mises à jour à surveiller. Une véritable sinécure ! Un chemin de croix sur deux roues. J’adresse une mise en garde solennelle à toutes celles et tous ceux n’ayant pas encore basculé dans le chaudron BPF/BCN. Avant de faire tamponner la première de ces fichus cartes, il est préférable de grimper le cirque le Navacelles une quinzaine fois d’affilé sous le cagnard d’une après-midi de juillet avant de prendre une décision. Après ce sera irréversible, le piège de la tamponite aigüe ce sera refermé sur vous, et ce, à tout jamais.

Heureux campeurs désœuvrés vautrés dans de moelleux relax, ils comblent leurs journées avec la pétanque, le pastis et la télé … Ils ne connaissent pas leur bonheur et chaque année c’est rebelote sur le même terrain, avec les mêmes voisins. Alors que nous autres, cyclotouristes nous nous écorchons les yeux sur des cartes afin de trouver des routes désertes, des cols raides et méchants, des musées et des châteaux à visiter, sans oublier aussi un abri de fortune pour passer la nuit afin de poursuivre cette fuite en avant interminable …

Comme quoi, nous ne sommes pas tous égaux en droit devant les loisirs !

Bon été et bonne route à tous.

                                                              Christine et Guy Cambéssèdes

Mise en page MFB

  

 

Écrit par LA - mise en page MF |

Les commentaires sont fermés.