Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/06/2016

Tant qu'il y aura des moutons

Tant qu’il y aura des moutons

C’est à l’entame de la belle saison que les troupeaux quittent la plaine languedocienne afin de gagner leur pâture d’estive sur les hauteurs de l’Aigoual, du Bougès ou du Lozère. Le berger assisté de ses proches engage une longue itinérance de plusieurs jours traversant ainsi la garrigue méridionale, le piémont cévenol pour accéder enfin sur les hautes terres.

01 (Copier).JPG

Chaque année à la mi-juin nous prenons la direction du col des Vieilles et du Serre de la Toureille afin de vivre ces quelques instants certes éphémères mais empreints d’une grande authenticité. En fonction de la température ambiance le troupeau ne se présente pas toujours à la même heure, il faut donc être patient. Ayant quitté la vallée de l’Hérault quelques heures auparavant, c’est par une draille passant par St-André-de-Majencoules et le col de Peyrefiche qu’il apparaît enfin.

06 (Copier).JPG

Il y a tout d’abord les sonnailles dans le lointain et puis le bruit sourd du piétinement lorsque les bêtes se rapprochent. Les chiens qui vont et viennent de manière incessante afin qu’aucune unité de s’égare dans le maquis et bien sûr le berger, le personnage central de toute transhumance, c’est l’âme de cette troupe. Que dire de plus. Rien, il suffit de regarder, d’observer et de jouir pleinement de cette scène pastorale jouée des milliers de fois, depuis peut-être la « nuit des temps » …

Au col des Vieilles, c’est la traditionnelle halte avant d’engager la grande montée.

02 (Copier).JPG Le berger pose son sac de cuir et sa longue canne de bois afin de se restaurer et de discuter avec les autres membres du groupe, parents, amis ou voisins venus prêter « main forte ». Et il n’est pas rare de voir trois générations côte à côte ; le grand-père, le fils et le petit-fils ensemble avec cette même passion pour les bêtes. Il s’agit bien de passion, car le rapport financier est maigre. Cet élevage-là ne nourrit guère son homme. De nos jours, la grande distribution nous propose des gigots congelés venus de Nouvelle-Zélande ; juste au-dessous de nous, de l’autre côté de la planète !

 

 

03 (Copier).JPG

07 (Copier).JPG

Le cortège reprend son chemin, un chemin caillouteux et abrupt qui le conduira dans quelques heures à Cap de Côte sur les pentes du col de la Luzette. Dans les genêts en pleine floraison, le spectacle est magnifique. De temps à autre une tête se redresse et émerge de ce flot ovin, un agneau bêle, un autre s’écarte afin de brouter une fougère ou une tige de chèvrefeuille.

05 (Copier).JPG

 

La montagne cévenole offre son décor en toile de fond. Le Mt Ventoux se profile plein Est et la mer semble venir baigner le pied du Pic St Loup.

04 (Copier).JPG

C’était une belle, une très belle soirée …

 

 Christine et Guy Cambéssèdes.

mise en page MF

 

 

 

Écrit par LA - mise en page MF |

Les commentaires sont fermés.