Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/10/2015

LA HAUT

 

La-Haut

Encore une fois, aller sur ce plateau, rejoindre le Caylar et ses rochers qui hurlent quand le vent leur souffle dessus. Remonter une fois encore jusqu’au Larzac « là où passa le grand vent de Dieu ».

Le Caylar et son Roc-Castel, que j’aperçois au loin peu avant d’entrer dans le village des Rives, me rassure car j’en ai plein les pattes, je suis nase, cela devient une habitude, comme l’an passé et l’année d’avant.

DSCN4750.JPG

Avant, je montais comme si j’étais en randonnée, je choisissais  une variante, je m’éternisais.

Avant, je partais vers 10h, puis je forçais l’allure dans le col du buis, je m’amusais.

Avant, sur du répondant de mon corps, j’appuyais dans la montée vers les Rives même contre un vent parfois soutenu.

Et comme avant, l’envie est là, à croire que la bécane qui connaît maintenant la route n’a plus besoin que l’on appuie durement sur ses pédales, pour qu’elle file, il n’y a qu’à tenir le guidon et ça devrait le faire ?

S’amuser de voir le soleil se lever alors que je me lance sur la piste cyclable longeant le canal du midi. Montant les butes de Béziers qui s’éveille tout juste, traverser la ville sans circulation, surcharger la sacoche de guidon de viennoiseries et sandwiches.

IMGP5789.JPG

Retrouver la piste cyclable en sortie de Béziers, et laisser les manivelles s’affoler maintenant vers Ribaute où le rendez-vous et la rencontre avec mon filleul Jérôme me rendent encore plus guilleret.

C’est une belle partie de manivelles que nous donnons avec une météo exceptionnelle en cette mi-octobre. Car l’envie de rouler avec Jérôme dépasse toutes mes espérances. On oublie avant, car c’était avant.Fermant la vallée riante, couverte de vignes aux couleurs changeantes, déjà dépourvues de leurs fardeaux, un rideau de collines se dresse droit devant nous. C’est une invitation au voyage que nous offrent les coteaux de schistes de Faugères, la garrigue, le Petafi, le Tantajo, le col du Buis, Bédarieux, où une légère brume enveloppe l’Orb et où l’on devine au-devant de nous l’Escandorgue, dans un horizon bleu sans nuage avec juste une douce brise.

La randonneuse Torn, connaît bien la route à prendre, et pas de perte de temps dans Bédarieux pour chercher et suivre l’Orb, tout est tranquille, serein, facile, le pied quoi !

L’impatience d’un automobiliste nous serrera entre un îlot central et un trottoir entrant dans le Ruffas, mais prit en excès, il a droit à un arrêt impromptu par la maréchaussée. Au final, nous repassons l’imprudent en train de soulager son permis à points et sa bourse.

IMGP5794.JPG

Le traditionnel arrêt de Lunas en terrasse, pour souffler un peu avant d’attaquer la partie plus compliquée du parcours, m’apporte un réconfort qui me semble suffisant. Le bon revêtement de la chaussée, le peu de vent me font avancer régulièrement dans le col de la Baraque de Bral. Très lentement, l’ascension sans aucun arrêt (peut-être par orgueil) m’épuise, les jambes se dérobent, ah ! Que la route devient longue quand on est au bout du rouleau. Jérôme lui, a cette vertu en lui, «  la patience ». Depuis quand est-il là au sommet à m’attendre ? Ce n’est pas fini, l’Escandorgue et son toboggan restent encore à franchir, et puis vient le soulagement avec cette vue sur le Roc-Castel.


IMGP5795.JPG IMGP5796.JPG

Ma randonneuse connaît bien la route, mais il faut toujours appuyer sur les pédales pour se hisser elle et moi près de ses roches qui surveillent le Caylar. De gros blocs qui habitent là-haut depuis la nuit des temps, des pierres qui peuvent raconter des tas d’histoires, sur des présomptueux comme moi, mais mieux vaudrait ne pas les entendre.

Ecoutez plutôt le chant enivrant de Marie-France, écoutez « Lou Papé dé Robert » vous conter des histoires d’ici. Ecoutez aussi Mireille (Christine) vous conter les vieilles. Ecoutez le vent balayer le Roc-Castel, il vous dira tout sur les histoires de Jo et Bernard.

IMGP5815.JPG

IMGP5810.JPGIMGP5814.JPG 

 

Ecoutez simplement ce souffle qui est en nous, celui de l’Amicale !       

L’éreinté Pierre.

 

cliquez sur la vignette ci-dessous pour voir plus de photo

 

texte et photos Pierre H - mise en page Marie-France B

 

 

 

Écrit par LA - mise en page MF |

Les commentaires sont fermés.