Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/12/2014

Le Lac des Rives

  

Un lac éphémère apparaît sur le plateau du Larzac et alimente le mystère

 

LAC DES RIVES.jpg

 

Le lac des Rives, appelé le Lac des Aygas, réapparait après dix ans d’absence.

Le plus grand lac éphémère d’Europe, situé sur le Larzac, a fait son grand retour au début du mois de décembre.

C’est un évènement qui ne s’est produit que sept fois depuis 1963. Le lac éphémère des Aygas est réapparu dix ans après sa dernière venue, près des Rives, sur le plateau du Larzac. Il s’agit du plus grand lac temporaire d’Europe.  

 

 

lac des rives 2.jpg‘’On ne sait jamais combien de temps il va rester. Cela dépend des pluies. Dans les années 1990, il avait été présent pendant pratiquement deux ans", relate Jean-Pierre Argussol, le maire des Rives.

 

 

 

Des curieux viennent de toutes parts pour admirer cette mystérieuse étendue d'eau en dépit du froid. 

 

"C’est un choc chaque fois qu’on le redécouvre. C’est vraiment impressionnant. Cela tient à la fois à sa rareté et surtout au mystère qui persiste autour de son apparition", raconte de son côté une personne qui en est à sa quatrième visite depuis 1987.

 

Les pluies diluviennes seraient-elles à l'origine du phénomène ?

Si mystère il y a, les scientifiques sont toutefois parvenus à expliquer en grande partie la formation du lac. "C’est un lac d’accumulation des eaux de ruissellement", explique ainsi Henri Salvayre, hydrogéologue et auteur du Monde souterrain du pays des Grands Causses, contacté pour l’occasion. "Nous avons établi qu’il fallait qu’il tombe environ le tiers des précipitations annuelles sur le secteur du Larzac en moins de vingt-quatre heures pour que le lac arrive", poursuit-il.

Selon les scientifiques, il faudrait donc près de 250 mm de pluie en une journée pour que le lac fasse son apparition. "Ensuite, les eaux s’accumulent dans cette cuvette naturelle creusée par une des rivières du Larzac voici cinq millions d’années". Les eaux sont retenues par un sous-sol peu perméable qui ne dispose, par ailleurs, d’aucun réseau souterrain qui permettrait l’évacuation de l'eau. 

mise en page MFB . Source Le Parisien et Planet 

 

 

 

Écrit par LA - mise en page MF |

Les commentaires sont fermés.