Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/01/2018

Bienvenue sur le blog de l'Amicale Larzac Aventure

 
 essai cartes membres.jpg

Amicale Larzac Aventure

34520   Le Caylar   

 

P1170870 (Copier).JPG

photo GC

« Le monde dans lequel nous vivons le cyclotourisme, manque de repères. C’est le rôle de l’Amicale Larzac Aventure de redonner à chacun le goût de l’action collective et amicale, face à un environnement qui pousse à l’individualisme et à la compétition ».

Le Président 

  

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

Souvenir Pierre Roques (suite)

Quand les souvenirs réveillent d'autres souvenirs .......

Racontée par Jack S, une petite anecdote...


"En 1977 jeune cyclo par la pratique, je suis allé faire la rando du Comminges, et j'ai eu le plaisir de rencontrer Pierre Roques,  qui était pour moi un monument du cyclotourisme. 

 Il m'a gentiment dédicacé son œuvre,

''DU SOLEIL DANS MES RAYONS''

P1040514.JPG


Mais ce jour là,  il m'a porté la poisse, car j'ai eclaté en montant Superbagnères.
Il a fallu que j'abandonne, car à l'époque les pneus à tringles souples n'existaient pas !..."

                                                                                   Jack

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

28/01/2018

Les Rois 2018

Les Rois 2018

Saint-Etienne de Gourgas, le 21 janvier dernier : 

Un cortège princier se forme, sur le parvis de la royale demeure de Saint-Etienne De Gourgas, autour de Boby, le trouvère.

DSCN0487.JPG

La mission de la matinée, pour ce cortège, est de battre la campagne autour de Saint-Etienne pour trouver trace de fèves qui doivent les guider vers les villages de Montadavala et Colhonas.

DSCN0492.JPG

DSCN0494.JPG

Alors que la marche est rythmée au pas cadencé du trublion Robert, pendant ce temps, dans le dédale des multiples salles médiévales du royal logis, se joue l’avenir de la sacrosainte Amicale Larzac Aventure.

A l’abri d’oreilles indiscrètes, des accords formels se décident sur les missions de chaque protagoniste.

Comme si le sol était recouvert de givre, les discussions patinent un long moment sur le choix du terrain de la future campagne estivale. Ça patine si bien qu’au bout du compte, avec les patins usés des vieilles habitudes, le choix du terrain reste en jachère.

Il sera question aussi, sans trop dévoilé le secret, de la formation d’un contingent qui se rendra à la concentration pascale de Barbentane, du 30 mars au 02 avril.

Autre sujet abordé, un périple itinérant, autour du Parc Régional du Haut-Languedoc, pour cueillir le muguet du 28 avril au 1er mai.

Les pourparlers s’intensifient autour de la future conception d’une bannière aux couleurs de la secrète loge Larzac Aventure.

Monseigneur Guy propose aussi la mise en place d’une nouvelle charte pour perpétuer, tout en modernisant, les traditions amicales du royaume larzacien.

Vient le moment du retour du cortège beaucoup plus étiré, avec un pas bien moins cadencé… bref, un peu brouillon, le retour de campagne !

DSCN0498.JPG

Voilà l’heure de déjeuner nettement dépassée. Alors, les mets s’étalent sur les tables, les gourdes sortent des besaces et laissent couler le nectar pour festoyer et honorer les rois et les reines du jour.

DSCN0509.JPG IMGP1099.JPG

IMGP1095.JPG  IMGP1096.JPG

Les pâtisseries, celles appelées royaumes, les "pompes à l'huile d'olive", (spécialité provençale faite par Jack - voir recette ci-dessous), s’invitent, se divisent et sont distribuées aux convives ; les coupes de cidre se lèvent dans un même élan pour auréoler le roi des rois, celui qui offre en ce jour les desserts aux fèves, celui qui revient de quatre campagnes de vingt ans : notre glorieux Messire Jacques Gau.

DSCN0511.JPG

P1040397.JPG  DSCN0514.JPG

 

L’assemblée, bien que guillerette, n’oublie pas de porter un toast pour souligner une pensée envers les disparus, ainsi que pour les absents qui souffrent dans leur chair et qui n’ont pu accompagner le cortège royal, en ce jour de l’an de grâce 2018.

C’est le bras levé, pour fêter Jacques Gau, qu’une promesse est faite : longue vie à l’Amicale Larzac Aventure !

Pierre H

Texte Pierre H. photos Jeanine et Pierre

Mise en page MFB

 

32692.gifPompe à l'huile d'olive 

spécialité Provençale

La recette de Jack S.

 

 

 

Ingrédients

P1040397.JPG1kg de farine, 250 g sucre semoule, 25 cl d'huile d’olive, 1 cube de levure de boulanger, 1 cuillère à café rase de sel, 1 verre d'eau, 10cl de fleur d'oranger, et éventuellement quelques zeste de citron finement coupés.

Préparation

Délayer la levure dans un verre d'eau tiède, ajouter un peu de farine pour l'obtention d'une pâte à crêpes, couvrir avec le restant de la farine. Réservez dans un endroit tiède 2 h environ après pétrir la pâte.

En ajoutant les ingrédients, la pâte doit se décoller du récipient, elle doit être souple et non collante.

Réservez au frais 3 à 4 h environ.

Façonnage

Couper la pâte en 4 parties former des boules.

Puis avec un rouleau, aplatissez les boules. Mettre sur des plaques recouvertes de papier sulfurisé. Entaillez les pompes. Mettre à lever dans un endroit tiède. Au bout de 2 h environ les pompes sont prêtes à être enfournées.

Four à 180 °. Dorer à l'œuf entier. (Je mets un bol d'eau pour faire de la buée.). 20mn les pompes sont prêtes à déguster.

Humm mm....

 

 

 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

27/01/2018

Souvenir Pierre Roques

 

Il y aura toujours du soleil

dans nos rayons …

Le 13 janvier dernier, Pierre ROQUES, le chantre du Comminges nous a quittés. Nous avons tous en nous quelque chose de Pierre ROQUES.

a st Bertrand de Comminges .jpg

A St Bertrand de Comminges

Au cours de notre vie de cyclotouriste nous avons été happés, à un moment ou à un autre par l’une de ses photographies, l’un de ses textes relatant un voyage ou tout simplement un « petit rien » observé depuis sa monture. Auteur de plusieurs ouvrages et de très nombreux articles, son style d’écriture était aussi limpide que les eaux de la Garonne dévalant le Val d’Aran. Son bel accent du sud-ouest, en faisait un ambassadeur des Pyrénées auxquelles il était très attaché.

Trois amicalistes qui ont bien connu ce cyclotouriste hors du commun nous relatent leurs sentiments mais aussi quelques doux souvenirs.

 Le Président de l’Amicale.

 

dans le col des Ares .jpg

Dans le Col des Ares

 

 

L’archétype du cyclo-randonneur

 

S’il est un personnage dans notre milieu cyclotouriste que l’on peut donner en exemple d’une pratique « classique » et donc pérenne de notre activité, c’est bien mon ami Pierre Roques. J’ai connu Pierre par ses écrits bien avant de le côtoyer physiquement.

Sous le pseudonyme de Godefroy, il savait nous faire partager, d’un style limpide très agréable à lire, ses impressions de randonneur au cours d’un Raid pyrénéen ou de diverses randonnées dans « Le Cycliste », la revue de Vélocio, sous le titre « 28x21 ». 

Ardent propagandiste de notre mouvement, il suscita nombre de vocations cyclotouristes grâce à ses chroniques parues dans des magazines comme « Miroir du Cyclisme » et il continue heureusement à nous enchanter par ses récits publiés dans diverses revues spécialisées.

Avec son épouse Micheline, il aime tout particulièrement les parcours et brevets montagnards où l’effort sportif, cependant tout à fait modéré grâce à l’utilisation de petits braquets, agrémente la contemplation des paysages. Bon géographe et excellent photographe, il est capable de mémoriser et de décrire les sites traversés et de vous nommer tous les sommets de ses Pyrénées natales (qu’il aimait survoler aux commandes d’un avion qu'il pilotait lui-même) ou des Dolomites.

C’est, comme il le raconte dans son livre « Du soleil dans mes rayons » (préfacé par Jacques Faizant), lors d’une randonnée du Verdon à l’issue de la Semaine fédérale de Digne en 1964, que je le sollicitais pour effectuer ensemble le Tour de France Randonneur, ce qui fut fait l’année suivante en 1965.

Bien que nous ayons eu l’occasion de nous rencontrer assez souvent au siège de la FFCT ou pédale au pied, notamment lors d’un Cerbère-Hendaye réalisé de concert, et à l’occasion de voyages comme en Andalousie, je regrette que les circonstances ne m’aient pas donné l’opportunité de rouler plus fréquemment avec Pierre.

Henri BOSC 

 

 

seance video avec Raymond.JPG

Séance vidéo avec Raymond

 

Extrait du tome III de l’histoire du Cyclotourisme : 

« Son épouse Micheline venue au vélo lorsque les enfants ont grandi, l’accompagne dans ses randonnées. Leur plaisir c’est la montagne : leurs chères Pyrénées au quotidien, mais aussi en vacances, les Alpes françaises, suisses, italiennes, autrichiennes …

Et peu à peu, l’âge venant, Micheline prendra les devants, laissant son époux chercher le meilleur contre-jour pour aller l’attendre au sommet des cols. Dégagé de toute élection, Pierre suivra toujours avec attention la vie fédérale, mais de son Comminges, sans assister aux grandes messes de la Fédération, cultivant simplement les amitiés cueillies au fil des ans ». 

Raymond Henri

 

rencontre au sommet de l'Aigoual.JPG 

Rencontre au sommet de l'Aigoual

 

PIERRE

Nous pleurons aujourd’hui un homme de talent

Qui, avec ses photos, avec son écriture,

Sut nous persuader d’une démarche sûre

Qu’on pouvait pédaler…, pédaler autrement.

                    

Son vélo, avant tout, fut un joli roman

Chevauché chaque jour dans une humble aventure ;

Ce fut un chant fervent au cœur de la nature

Et un acte d’amour limpide et permanent.

 

Un rocher, une branche, une source, une rose,

Un ciel bleu, un ciel gris, la halte au col de Pause,

Mille chemins pentus allant ici ou là…

 

Tout cela, il l’a mis dans nos livres d’images

Comme autant de soleils dans leurs plus belles pages…

Cher Pierre, je t’attends, là-haut, au Port d’Aula. 

Paul FABRE

 

 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

30/12/2017

Voeux 2018

voeux larzac 2018.gif

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

22/12/2017

Joyeuses fêtes

A vous toutes et tous

joyeux noel 2017 LA.jpg

L'Amicale Larzac Aventure

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

16/12/2017

Le temps de la reconnaissance

Le temps de la Reconnaissance

Avec l’automne les feuilles mortes se ramassent à la pelle comme le chantait jadis Yves MONTAND. Pour l’Amicale, c’est plutôt le temps des honneurs et de la mise en lumière, un peu comme si le Père Noël vidait sa hotte avec quelques jours d’avance. 

 

Lors de l’Assemblée Générale du Codep 34 le 18 novembre dernier, c’est Jean-Marie DURAND qui a ouvert le bal.

jean-marie.JPG

 

 

 

Au cours de cette réunion de travail, il a reçu le diplôme du « Mérite du Cyclotourisme ». Jean-Marie a été la cheville ouvrière de l’Amicale depuis bientôt 25 années. 

 

 

 

Il était présent à l’origine de notre association aux côtés d’Alain LAURENT et de René LUCHAIRE. Auparavant, il a également œuvré aux Cheminots de Béziers dans les pas d’André DECUP. Je parle d’un temps … 

A l’AG du Coreg d’Occitanie, c’est René LUCHAIRE qui a été honoré avec la médaille de bronze de la FFCT. Retenu sur ses terres pour la cueillette des olives, c’est Pierrot qui a réceptionné diplôme et médaille. Il a fait avec brio (dixit Henri BOSC) l’éloge de notre ami clermontais impliqué dans la sphère cyclotouriste depuis de nombreuses décennies, de Père en Fils pourrais-je dire.

medaille bronze.JPG

 

A cette même AG, Noëlla et Pierre ont inauguré le challenge d’Occitanie qui consiste à participer à huit manifestations du Coreg, et ce, dans huit départements différents. Toutes nos félicitations aux heureux récipiendaires.

 pierrot.JPGnoella.JPG

Le week-end dernier avait lieu à Moulins (Allier) le Congrès Fédéral 2017. L’Amicale était bien représentée avec Henri BOSC, Marie-Thérèse et Bernard DEL SOCORO, Rachel et Raymond HENRY et Gisèle et Bernard LESCUDE. A cette occasion notre Ami Raymond a présenté au public et la presse son dernier né : le troisième volume de l’histoire de notre Fédération. Il arrive donc au bout de ce long travail de recherche et d’écriture qui l’a occupé de longues années. Mais il peut aussi se prévaloir d’avoir roulé sur le chemin menant de VELOCIO à Martine CANO.

image.jpg

Chapeau Raymond ! 

Ce troisième opus en vente à la boutique fédérale est une très bonne idée de cadeau pour les fêtes de fin d’année.

Voici en quelques lignes quelques faits qui méritaient bien d’être soulignés et qui prouvent une fois de plus le rayonnement de notre chère Amicale Larzac Aventure, une Dame qui fêtera ses 25 ans en 2018. Aussi jeune et alerte que celle présentée sur les murs de la «capitale des Gaules » de la fête des lumières.

Guy Cambéssèdes

fete des lumieres.JPG

                                                          

Texte et photos Guy Cambéssèdes

Mise en page MFB

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

14/12/2017

Cyclades en Occitanie

CHALLENGE COREG 2017  

« CYCLADES EN OCCITANIE »

Le 14 mai 2017, randonnée du C R A à Albi dans le Tarn. (Ancienne province Midi-Pyrénées)

Le 25 mai 2017, randonnée du tour du pays de Sault à Quillan dans l’Aude. (Ancienne province Languedoc-Roussillon)

Le 27 mai 2017, randonnée la « Patrick » à la Canourgue en Lozère. (Ancienne province Languedoc-Roussillon)

Le 25 juin 2017, randonnée la « Sarrasine » à Castelsarrasin dans le Tarn et Garonne. (Ancienne province Midi-Pyrénées)

Le 02 juillet 2017, « randonnée pour tous » à Revel en Haute Garonne. (Ancienne province Midi-Pyrénées)

Le 09 juillet, « randonnée des vacanciers » à Pézenas dans l’Hérault. (Ancienne province Languedoc-Roussillon)

Le 14 juillet 2017, randonnée du « Fageas » à Lasalle dans le Gard. (Ancienne province Languedoc-Roussillon)

Le 16 juillet 2017, randonnée de Betplan, dans le Gers. (Ancienne province Midi-Pyrénées)

Le 22 juillet 2017, randonnée de Salgues en Aveyron. (Ancienne province Midi-Pyrénées)  

Neuf dates en un peu plus de deux mois, pour aller parcourir le pays, découvrir ce qui se fait ailleurs. Neuf dates pour aller chercher ce challenge "OCCITANIE".

Il aura fallu attendre la randonnée d’Albi pour démarrer ce challenge, alors que nous avions déjà quelques randonnées faites dans l’Hérault. Mais la prise de conscience viendra dans la cité épiscopale, sur le parvis de la Cathédrale Sainte-Cécile. Voici le challenge débuté avec le tampon du CRA (Cyclo Randonneur Albigeois). Du saut du Tarn à Ambialet, ce challenge aura un tracé aussi tortueux que ses méandres, pour le mener à terme.

IMGP9121.JPG

   

IMGP9122.JPG

Des méandres du Tarn, nous filons vers les gorges de l’Aude, à Quillan, pour se retrouver sur le plateau de Sault vers Belcaire. Nous quittons les forêts de sapins, pour découvrir le château de Puivert et, par le col des Tougnets, nous basculons vers Espéraza et l’Aude qui nous ramène à bon port à Quillan.

IMGP9250.JPG

IMGP9246.JPG

IMGP9255.JPG

Laissant les gorges de l’Aude, nous voilà à faire un tour dans le Gévaudan, à la Canourgue. Au pied du Causse de Sauveterre où coule paisiblement l’Urugne (petit affluent du Lot), le tracé du jour nous portera à Saint-Laurent-d’Olt, village perché sur le méandre rocheux dominant le tumultueux Lot.

IMGP9259.JPG IMGP9271.JPG

IMGP9272.JPG

Des rives de l’Urugne, nous filons ensuite vers la Garonne et le canal « latéral à la Garonne » à Castelsarrasin. Cette randonnée nous fait découvrir Moissac, près de la confluence du Tarn et de la Garonne. Le bourg de Moissac s’ouvre sur l’abbaye Saint-Pierre-de-Moissac et sur son architecture aux sculptures romanes. Ici, sur les chemins de Saint-Jacques, nous suivons le canal latéral. Nous en profitons pour faire un saut à Auvillar qui domine fièrement la vallée de la Garonne. Passant sous une porte monumentale, nous découvrons le centre historique du bourg. De riches demeures de pierres et de briques bordent la place, formant un bel écrin pour la halle aux grains circulaire, avec ses colonnes toscanes qui lui donnent une élégance unique.

IMGP9432.JPG

Laissant la vallée de la Garonne, c’est à Revel, dans la Haute Garonne, que nous posons nos sacoches. Le Sor, le Laudot, la rigole de la plaine et toute l’histoire du Canal du Midi nous entourent Noëlla et moi. De Revel à Sorèze, au pied de la Montagne Noire, on retrouve le chemin de Saint-Jacques, en longeant les murs de l’Abbaye-école fondée par Pépin-le-Bref, implantée sur les rives du Sor dont les eaux se divisent vers la plaine et le canal du midi. Une partie des eaux du Sor débouche au seuil de Naurouze et se partage entre l’Atlantique et la Méditerranée. Nous faisons un bond au-delà du partage des eaux, pour se retrouver au cœur du pays Héraultais, dans la ville de « Molière », Pézenas. Ville chargée d’Histoire, comme le prouve son centre historique avec des demeures de la fin du moyen Age et des hôtels particuliers des XVIIème et XVIIIème siècles, Pézenas nous ouvre la route de la « randonnée des vacanciers ». Traversant tout d’abord le vignoble du fameux Picpoul, le tracé file vers le Pic de Vissou, à Cabrières, premier contrefort des Cévennes. Retrouvant la fameuse source de la Rouquette, nous basculons entre oliviers et vignes sur Neffies-Roujan, et nous filons à Pézenas arrosé par la Peyne dans la vallée de l’Hérault. 

IMGP9510.JPG

Des rives de la Peyne, le challenge nous transporte dans le massif des Cévennes, dans les rampes du col du Mercou, suivi de celui de l’Asclier, via l’Estréchure. Au pied du Fageas qui culmine à 1179 m, dans la montagne du Liron, une randonnée, portant le nom de « randonnée du Fageas » au départ de Lasalle, nous fait la part belle entre la vallée d’Emeraude et la vallée Borgne, au milieu de chênes verts. Suivront le village de St-Martial, le col de la Pierre Plantée, pour rejoindre Saint-Roman-de-Codières, et le col de la Bantarde qui, en gros, sépare la vallée de la Salendrinque et celle du Vidourle. Le village de Colognac et le col du Rédares passés, revoilà Lasalle. 

IMGP9514.JPG

IMGP9515.JPG IMGP9518.JPG

D’un côté de l’Occitanie à l’autre, nous voilà à Betplan, au fin fond du Gers, à quelques pas des hautes Pyrénées. Arrosé par la rivière Arros et le ruisseau de Gachies, le maïs envahit la plaine. Nous pédalons vers Saint-Sever-de-Rustan, pour découvrir un monastère bénédictin. Une architecture particulière donne le ton de plusieurs époques de campagnes de restauration. Une bien belle balade en pays gascon avec, en toile de fond, le Parc National des Pyrénées !

D’un massif à un autre, nous voilà sur l’Aubrac, à Salgues plus exactement, pour une randonnée VTT et pédestre de haut vol.

IMGP9520.JPG IMGP9522.JPG

 

Etant dans les pentes qui mènent sur le plateau d’Aubrac, il était inconcevable de ne pas y laisser nos traces. Donc, une virée dans le Cantal était de rigueur pour découvrir Saint-Urcize (situé à la limite du Gévaudan et du Rouergue), ses toits d’ardoises grises et de lauzes, ses étroites ruelles, sa rue en escalier du Poustel, le tout dominé par le clocher- peigne qui coiffe l’église romane.

IMGP9523.JPG

IMGP9536.JPG

IMGP9538.JPG

IMGP9543.JPGD’immenses pâturages et de prairies aux multiples ruisseaux jalonnent notre route, dans cet espace qui paraît infini avec, ici et là, des burons qui brisent la solitude qui nous envahit.

 

 

L’Occitanie et ces treize départements, pour une grande région avec ses différences d’un bout à l’autre et, pour les comprendre, rien de mieux que les « cyclables en Occitanie » avec, au bout du compte, environ 800 km avalés.

Pierre H

 

 

texte et photos Pierre Hérédia

Mise en page MFB

 

 

 

 

 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

08/12/2017

Sortie ordinaire

Sortie ordinaire

Il fut un temps où, après le tour de Lombardie, les coureurs mettaient leurs bas de flanelle et attendaient février pour se remettre en jambes. Mais nous, les cyclos, nous tournons les manivelles continuellement.

Profitant du temps clément de ce début décembre je suis parti faire une sortie de 70km sur des routes que j'emprunte depuis un demi-siècle.

Ce parcours qui me conduit en petite Camargue que je connais bien, change au fil des jours, des mois, des saisons et des années.

P1000236(4).JPG

 

P1040315.JPG

 

Au 20ème  siècle, la route était étroite avec peu de circulation. Maintenant elle plus large mais avec beaucoup de circulation.

 

Je découvre toujours quelque chose tel le moulin des trois prêtres !!!!, le Mas des Bonbonnettes ! (à ma prochaine sortie il faudra me renseigner sur ces lieux).

P1040325.JPG

Le corps et l'esprit sont en symbiose avec cette nature si belle qui demande peu d'efforts.

Quelques cyclistes rencontrés me saluent (chose rare à notre époque).

La voie verte me permet de me rapprocher de la tour Carbonière qui fut, au temps de Saint Louis, un péage et une avant garde de défense de la ville d'Aigues Mortes.

P1040328.JPG P1040333.JPG

Les taureaux et les chevaux sont nombreux dans cette contrée.

Un souvenir me revient à l'esprit : c'est ici, en terre camarguaise, que Johnny a tourné son fameux film.

P1040326.JPG P1040330.JPG

Le temps clément me fait dévêtir, heureux que nous sommes les méridionaux d'avoir un temps quasiment beau l'année durant.

Me voilà de retour à mon village qui est devenu le dortoir des Nîmois.

Les vignes ont pratiquement disparu au seul profit des céréales et des tournesols.

Ainsi passe le temps, les sites changent, notre pratique aussi : quelques rares sacs de guidon mais beaucoup de vélos en titane sur nos routes.

Jack Sabatier

texte et photos Jack Sabatier

Mise en page MFB

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

06/12/2017

Merci Johnny

hallyday-home.jpg

 

Nous n’avions pas encore la télé, nous écoutions la radio sur un poste à lampes où nous cherchions toujours les bonnes ondes.

L’adolescent que j’étais découvre un jour la musique rock. Une étrange voix, dans un rythme endiablé, chante : « Quand j'étais enfant on disait, que j’étais un vaurien, et je traînais dans les rues tout le temps... ».

johnny-hallyday-33-tours-du-rock-au-twist-vinyle-noir-.jpgCe jour-là, cette voix qui sort de cette boîte à ondes m’ensorcelle et, dès lors, quand je le peux, j’attends, l’oreille collée à la radio, qu’elle revienne.

 

Je fredonne alors dans ma tête ces paroles en boucle : « Aussi dur que du bois… ».

Plus tard, quand la télé fait son entrée à l’étage de la maison, je monterai les marches des escaliers, trois par trois, pour voir ce chanteur qui envahit mon esprit.

00-01-01_th.jpg

 

Viendra le moment, dans ma chambre, du poster bien placé au milieu du mur, en tête de lit.

 

Suivra mon premier lecteur cassette avec, quand j’en ai les moyens, des cassettes qui vont commencer à meubler mon univers : « comme un Corbeau Blanc », « la Solitude », « Moraya » sont parmi mes premiers achats de cet artiste.

Je monterai le son pour écouter « Prends ma vie » ou « j’ai pleuré sur ma guitare » à faire crier mes parents : « Pierre baisse un peu s’il te plaît ! ».

Avec mon premier emploi, mon lecteur à cassettes devient un radio double-cassettes. Le must pour moi, à ce moment précis et, là, j’envahis mon espace vital de bandes audio, comme : « Gabrielle », « Le Ghetto », « Derrière l’Amour » et je m’enferme pour écouter l’opéra Rock : « Hamlet ».

Arrive, enfin, le moment du premier concert où je vais voir l’artiste, où je suis hypnotisé par : « l’Ange aux yeux de laser » qui interpelle la foule avec « Quoi, ma gueule ? ».

J’en sors plus que jamais fan.

J’essaierai d’attirer un peu plus vers moi celle que j’aime avec « Je t’aime, je t’aime, je t’aime ». Mais elle n’a pas besoin de ça, ma Noëlla. Et lui, il « a oublié de vivre ».

Apparaît la chaine hifi avec les 33 tours, les albums, les premières anthologies de « Souvenirs, souvenirs », au « chanteur abandonné » en passant par « que je t’aime » et une multitude d’autres chansons. Il berce ma vie d’homme. Il me réconforte.

Le disque laser remplace le microsillon, et je refais ma collection de CD. J’essaie de suivre cette carrière hors normes. Je me retrouve au Parc des Princes, avec Sonia à Paris, pour un concert dont lui seul a le secret : sur une scène entièrement vide, tout se synchronise avec son arrivée par les airs. « Je serais là » entame la soirée et « allumer le feu » la clôture.

32261.jpg

Lui qui enflamme les stades, grandit encore à la sortie de chaque chanson : « Cadillac », « Tennessee », « Mirador », « Sang pour sang ». Il reste « Debout »et il a « l’Envie » de faire « face au Monde », mais en suivant sa « loi du Silence ». Même si « tous ensembles » n’apporte rien aux bleus, il a « l’instinct » de « s’arrêter là », en appelant « Oh Marie ! ».

Quelquefois, sa musique, ses chansons m’ont accompagné lors de mes randonnées cyclotouristes. Le coup de pédale, rythmé par la mélodie, me poussait vers les sommets.

le-7-mars-2017-johnny-hallyday-a-fait-savoir-qu-il-allait-bien-pour-couper-court-aux-rumeurs-le-disant-a-l-article-de-la-mort.jpgOui, aujourd’hui j’ai de la peine, car il est parti.

 

Il a accompagné ma vie d’homme jusqu’à aujourd’hui. Il a été celui qu’on aimerait être. Il m’accompagnera encore et toujours car il est en moi, comme dans le cœur de beaucoup d’autres. Quelle chance de faire partie de ces générations qui ont put le côtoyer, par ces disques, concerts et films. Quel pied d’avoir vécu et vivre à son époque !

Merci Jean-Philippe, Merci Johnny !

 

Texte Pierre Hérédia

Photos Web

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

13/11/2017

lo Colverd de Jack Sabatier

Petite page occitane avec traduction (Les puristes occitans trouveront des fautes -decas- de grammaire, de syntaxe et bien d'autres…)

C'était du temps où les pédales avaient des courroies, pour faire suite à la rubrique rétro ouverte par Raymond.

 

LO COLVERD 13679454-isolated-mallard-ducks-anas-platyrhynchos-relaxing-with-white-background.jpg

Un jorn que me passejavi ambe ma bicicleta, végeri al mitan de la rota que mena à MONTPEZAT, un colverd qu'éra acapat. Era benléu ablasigat per son long viatge d'Africa o de Siberia.

 

Començavi de pantaissar.

Me pensavi ‘‘aquel volatitilha acabarà sa vida dins mon saquet; n'en farai un bon fricot ambe d'olivas’’

Dapasset, me sarravi sens bruch.

Coma lo chin de PAVLOV, salivejavi, lipavi.

Bolegava aquel aucelas !!!

Me digueri: ‘‘procha del, cabussarai como lo BARTHES et l'agantarai’’

Las mans davant, sauteri e me troberi al sol ambe ma bicicleta

Aviai oblidat de desclavar las correjas de las pédalas !!!

Aquel bruch desrevelhét lo colverd e, d'un cop d'alas, prenguet sa volada, me fasent un « coin coin » trufandiér.

colvert.gif

Aquo me remembréri l'istoria de PERRETTE e son topin de lach.

 

Traduction 

Un jour que je me promenais avec ma bicyclette, je vis au milieu de la route qui mène à MONTPEZAT, un colvert qui se reposait,,

Il était peut être fatigué par un long voyage d’AFRIQUE ou de SIBERIE,

Je commençais à rêver.

Je pensais : ce volatile finira sa vie dans mon petit sac, j’en ferai un bon fricot avec des olives.

Le dépassant je m’approchais de lui sans bruit.

Comme le chien de PAVLOV je salivais, je me léchais les babines.

Il ne bougeait pas ce gros oiseau !!!

Je me disais ‘‘j’arriverai près de lui et je plongerai comme BARTHES, puis je l’attraperai’’.

Les mains devant je sautais et je me trouvais au sol avec ma bicyclette, j’avais oublié de desserrer les courroies des pédales !

Ce bruit réveilla le colvert et d’un coup d’ailes, il prit son envol en me faisant un coin coin moqueur.

Cela me rappela l’histoire de PERRETTE et son pot de lait.

JACK SABATIER

AMICALE LARZAC AVENTURE

Mise en page MFB

 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

07/11/2017

Dilettante

 

Dilettante

 

S’enfuir de l’effervescence d’un 22 octobre 2017 qui restera à jamais ancré dans ma mémoire.

Ne pas oublier, mais se mettre au vert loin du tumulte du Larzac. Cela peut paraître incongru, incompréhensible. Comment peut-on fuir du Caylar, comment imaginer un instant que l’on veut s’en aller de ce Larzac qui nous unit tous ? Peut-il y avoir un endroit où l’on peut se remettre d’un 22 octobre 2017 ?

Pourtant, avec Noëlla, nous sommes partis poser l’émotion, relâcher la pression, faire le vide l’instant d’un week end.

Profitant de l’hébergement d’un ami, nous nous sommes ressourcés au calme dans une contrée paisible, à deux pas de l’ancien Comté de Foix, l’Ariège.

Si nous avons fini notre court séjour par le Mas d’Azil à la redécouverte de la célèbre grotte creusée par l’Arize, la véritable mise au vert s’est opérée dans les pentes du col de la Core, avec le Lac de Bethmale.

J’avais gravi le col de la Core, en suivant la randonnée Hendaye-Cerbère, et j’avais quitté la route un moment pour voir ce lac. Mais, me souciant de mes amis qui étaient en pleine pente et qui ne m’avaient pas vu bifurquer, je m’étais arrêté à la première retenue sans pousser légèrement plus loin mon vélo pour découvrir ce lieu qui vous scotche sur place, par tant de beauté. J’étais passé à côté.

IMGP0581.JPG

C’est alors que notre hôte nous suggère de nous mener vers Bethmale, via St-Girons. Nous y arrivons au moment où la lumière du soleil vient juste de franchir la crête de la montagne et qu’elle éclaire la presqu’île au beau milieu d’une eau émeraude, limpide et calme. Des nuances de lumière voguent lentement sur la surface. Tantôt sombres, tantôt claires, ces nuances se mêlent aux reflets des arbres et aux mouvements des poissons.

IMG_9868.JPG

IMG_9874.JPG

Si les couleurs d’automne éblouissent ce lieu, qu’en est-il en hiver avec la poudreuse ? Qu’en est-il au printemps avec le vert tendre des arbres ? Autant de questions, autant de rêveries ici, assis sur la roche, pratiquement au beau milieu du lac. On se trouve en état de grâce. 360 degrés de magie et voilà le tumulte, la pression, le succès, l’émotion relâchés dans cette eau pure.

IMG_9872.JPG

IMGP0587.JPG

Il fallait ça pour tromper le Larzac. Moins ce n’était pas imaginable… Que l’Escandorgue, le Pas de l’Escalette, le Perthus et le Roc Castel me pardonnent parce que j’y reviendrai.

Ah ! Je me souviendrai longtemps de ce lâcher-prise !

Pierre

 

 

 Texte et photos Pierre Hérédia

Mise en page MFB

 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

04/11/2017

Retour à la montagne

Retour à la montagne 

Après « premier de cordée » et « la grande crevasse », « retour à la montagne » constitue le troisième volet de la célèbre trilogie de Roger Frisson-Roche. Alors, cette photographie reçue mi-octobre où nos amis bordelais Luc Peyraut et Henri Bosc prennent la pose sur les hauteurs du col de Rille en Ariège m’a singulièrement rappelé l’œuvre littéraire du célèbre guide chamoniard.

H.BOSC.JPG

Henri Bosc et Luc Peyraut au Col de Rille

 

Henri a souvent ouvert des voies dans sa vie de cyclotouriste, notamment lors de la création de la Confrérie des 650B, et de ce fait, il a joué le rôle de premier de cordée. Il n’est jamais tombé dans une crevasse mais il a connu à plusieurs reprises les affres, les aléas de la circulation routière et tous ses méfaits. Et pour être franc, je pensais même que la pratique de la bicyclette avait quitté à tout jamais son quotidien.

Une longue rééducation, une persévérance sans faille et une ouverture d’esprit lui ont laissé entrevoir une voie nouvelle : le tricycle. Non point ce petit engin qui égaye nos jeunes années mais un vrai véhicule sur roues conçu pour les déplacements doux et sécurisés. Il autorise même l’autonomie avec sacoches et autres accessoires chers à notre pratique de cyclotouriste. Alors oui, cette photographie illustrant ce retour en montagne m’a fait « chaud au cœur ». Tout d’abord de savoir Henri entouré de ses amis. Merci Luc pour cette gentille attention d’avoir véhiculé notre cher Apôtre depuis la Gironde jusqu’aux sommets des Pyrénées.

Henri a toujours aimé la montagne, les Pyrénées qu’il a si souvent fréquentées et bien d’autres massifs encore. Grimper un col, découvrir des paysages changeant au fil des lacets, s’élever dans l’espace afin d’atteindre « son graal », parfois perdu dans les brumes des hautes altitudes, telle est l’adrénaline du cyclo-montagnard. Ces dernières années Henri n’a pas goûté aux joies du vélo en montagne et sincèrement je pensais qu’il y avait fait une croix dessus, Croix de fer, Croix de Péccata, Croix blanche, etc… La liste est longue des cols faisant référence à une croix. Sans parler de celui de la Croix Rouge ! Mais celui-ci, le « Colombien de Rodez » lui a définitivement tourné le dos.

Cette prise de vue illustrant « ce retour à la montagne » m’a comblé. La joie de savoir que notre Ami avait renoué avec cette pratique parfois rude et astreignante mais dotée d’une richesse insoupçonnée. Sachant également que le dimanche suivant il avait à nouveau goûté à ce plaisir, et ce, sans modération du côté de la vallée d’Ossau. Cela se passait à Fabrèges, très exactement sur les pentes du col du Pourtalet afin de participer à un rendez-vous qui lui tient particulièrement à cœur : l’appel des Pyrénées, splendide manifestation automnale initiée en son temps par le béarnais Léon Creusefond, ancien Président de notre Fédération.

Octobre 2012 - Pierre ROQUES 118 (Copier).jpg Octobre 2012 - Pierre ROQUES 155 (Copier).jpg

Henri Bosc et Pierre Roques                  Henri et son frère Paul

P1080777 (Copier).JPG  P1100566 (Copier).JPG

Sur la passerelle ....                   A Saint Michel d'Alajou

 

Comme la vie nous apprend à regarder toujours devant nous, je te dis en toute amitié et en toute sincérité :  « Henri, roule jusqu’au bout de tes rêves … ». Avec Christine nous formulons le souhait de pouvoir partager quelques pédalées en ta compagnie, au cours de la saison à venir. Et si ces pédalées communes ont pour cadre notre cher Larzac, et si toute la « squadra » de l’Amicale est présente à tes côtés afin de t’entourer de lumière, notre bonheur sera total.

Bonne route Henri et longue vie à notre cher Apôtre.

                                                                                               Guy Cambéssèdes 

 

P1100471 (Copier).JPG

Sur le Larzac avec Raymond

2016.10 - ALA sortie d'automne 016 (Copier).JPG

Henri, Paul et René (Automne 2016 au Caylar)

 

Texte et Photos Guy Cambéssèdes

Mise en page MFB

 

 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

27/10/2017

Sérignan - Le Caylar : La trajectoire de l’espoir

 Sérignan - Le Caylar 

La trajectoire de l’espoir

Cette route qui te mène des rivages de la « grande bleue » à notre cher Larzac, combien fois l’as-tu empruntée Pierrot ? Combien de fois as-tu suivi fidèlement le cours de l’Orb ? Avec Marc, puis avec Jérôme et parfois seul avec pour toute compagne l’ombre de ta longiligne silhouette se profilant sur l’asphalte des routes de l’Escandorgue ? Je sais que tu aimes venir au Caylar de cette façon. A la force du mollet, à la pédale comme l’on dit dans le jargon ! Et à chaque fois, Christine me dit : « mais il se crève, Pierrot ! Dans l’autre sens, ça descend tout le long ! ». C’est vrai. Mais ton bonheur est dans l’effort. Cet effort gratuit qui nous permet de nous élever au sens propre comme au sens figuré. De nous transcender, de toucher à l’excellence, et même parfois de tutoyer les étoiles…

2016.10 - ALA sortie d'automne 052 (Copier).JPG

Vendredi 29 Septembre – 13h30. Sur l’ancienne plateforme de la voie ferrée Nîmes-Tournemire, il fait chaud, c’est encore l’été. Nous sommes à Aumessas, au pied des montagnes du Lingas dans ce charmant village cévenol bâti à même le granit. Danielle Tritant nous attend chez elle pour une réunion de travail. C’est ce jour-là que je suis monté dans l’autobus de cette belle aventure du 22 octobre.

Pierrot et Jean-Marie avaient déjà bien engagé l’affaire. Danielle nous a fait part des intentions de l’association France-Parkinson Hérault. Pendant deux heures Jo a joué le « maître d’école », en ramenant les uns et les autres à la réalité, en rationnalisant les propos, en essayant de mettre un cadre à cette effusion d’idées parfois incandescentes. Avec Noëlla, nous avons fait les scribes, nous avons rempli des pages d’écriture, de croquis et de schémas. Dans un deuxième temps nous avons remis tout cela en ordre, et par messages interposés (merci internet) le document s’est enrichi et le bus a continué sa route. En passant à St Etienne de Gourgas, il a fait une halte afin que Robert prenne place. Sans oublier René le « routeur » qui à distance depuis Clermont observait les cartes météo afin que la caravane évite orages et dépressions venant de l’Atlantique…

Samedi 7 Octobre – 14h. En prélude à l’AG statutaire, une réunion préparatoire à l’évènement a eu lieu au Caylar, en présence des forces vives de l’Amicale. Le dossier était encore un peu brouillon, nous distinguions les contours mais le contenu restait tout de même flou. Toujours est-il que lorsque Pierrot a demandé des volontaires, c’est une multitude de mains tendues qui s’est levée, et ce, en une fraction de seconde… C’est toute la magie de l’Amicale.

Je dois aussi vous dire que cette trajectoire allant de Sérignan au Caylar, elle n’est pas rectiligne, ni même courbe. C’est une ligne brisée qui est partie de Sérignan en passant par Maraussan, Clermont, St Etienne de Gourgas, le Vigan, Aumessas, La Vacquerie, Béziers, Montpellier… Que sais-je encore ? Sa course effrénée s’est stoppée net contre le mur d’un immeuble au style des années 70 : la salle des fêtes du Caylar. Cette salle municipale mise à notre disposition gracieusement par Monsieur le Maire.

La suite vous la connaissez tous, Marie-France et Jérôme l’ont relatée avec talent dans les colonnes de ce blog. Ils ont agi façon Paris-Match : le poids des mots, le choc des photos !

Quelle journée ! De la joie, de l’émotion et de l’espoir. L’espoir de la vie car c’est beau la vie comme le dit si bien la chanson. Par ces quelques mots, je souhaite remercier tous les membres de l’Amicale qui se sont impliqués dans ce projet. Outre les balades pédestres et cyclotouristes nous avons su apporter aux malades, aux aidants, aux familles quelques moments en dehors de la maladie, quelques heures de joie, de bonheur. Pas de regards détournés ou de compassion mais une main tendue franche et sincère.

Nous aurions pu, ce jour-là, nous rendre au stade de la Mosson applaudir notre équipe favorite, siffler l’équipe adverse et insulter l’arbitre. Nous aurions pu aller au Zénith applaudir Matt Pokora qui reprenait « cette année-là » et « le téléphone pleure ». Nous aurions pu rester chez nous douillettement et se passer en boucle les 500 derniers épisodes de « Plus belle la vie ». Et bien non ! Nous avons enduré le froid et le vent. Je pense en particulier aux baliseurs, aux colleurs de flèches et bien sûr à l’équipe du ravitaillement au Pas de l’Escalette. Là où cette satanée tramontane se délecte à refroidir les hautes parois de calcaire. Nous avons joué les maîtres d’hôtel en assurant le service avec brio. La musique adoucit les mœurs nous dit-on, alors Marie-France a entonné une mélodie, René Baldellon ne s’est pas fait prier pour pousser la chansonnette et Robert a enfoncé le clou avec les histoires de Batistou.

Malades et valides ont bien ri et bien chanté. L’après-midi a été fort agréable au Caylar, mais c’est toujours le cas, les Amicalistes le savent bien… Nous avons donné une très belle image de notre association. Encore Merci pour votre bénévolat, votre enthousiasme, votre joie de vivre.

« Et maintenant, que vais-je faire ? » chantait Gilbert Bécaud. Il y aura forcément un lendemain qui chante. Pourquoi ? La question ne se pose même pas.

Quand et Comment ? Il convient de décrypter et d’analyser cette journée du 22 octobre. Puis de remettre l’ouvrage sur le métier afin de faire mieux, peut-être différemment la prochaine fois. Car il faudra surprendre et enchanter à nouveau nos invités. La boite à idées est désormais ouverte…

Pour conclure, tu le sais Pierrot, « mais je te le dis quand même » (sans vouloir plagier Patrick Bruel) : «  je t’aime ». Mais il me semble indispensable de dire « nous » car à cet instant bien précis c’est toute l’Amicale qui tient ce stylo bille glissant sur cette feuille de papier. Alors nous allons le faire à la façon de Francis Cabrel : « nous t’aimions, nous t’aimons, nous t’aimerons ». Et bien sûr, notre souhait le plus intime, le plus précieux, ce sera de pouvoir te le dire et te le chanter encore de longues années…

P1100457 (Copier).JPG

Merci Pierrot, tu as su aller chercher en nous, aux tréfonds de nos consciences, le plus beau, le plus merveilleux. Car il faut bien comprendre que lors de ce court passage effectué à la surface de cette planète, il est bien plus enrichissant, pour un être humain, de donner que de recevoir.

                                                                       Guy Cambéssèdes

2011-12 - Hivernale ALA 142 (Copier).jpg

texte et photos Guy Cambéssédes

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

23/10/2017

Rouler et Marcher pour Parkinson

 

"rouler et marcher pour Parkinson"

P1120767.jpg

 

essai cartes membres.jpgPlus de 200 participants, ce dimanche 22 octobre 2017, au départ du CAYLAR, à la randonnée cyclotouriste et pédestre organisée par l'Amicale Larzac Aventure,

France_Parkinson.jpgen partenariat avec le Comité France       Parkinson Hérault.

mairiecaylar.jpgLe rendez-vous était fixé à la salle des fêtes, mise à la disposition de l'Amicale Larzac Aventure par la Mairie du Caylar.

Autant de cyclistes que de marcheurs prenaient le départ pour une balade de quelques heures, dans la fraicheur matinale d'une belle journée automnale sur le plateau du LARZAC (assez surpris d'ailleurs, par la température, pour un bon nombre d'entre eux !!!)

IMG_7820.JPG  IMG_7806.JPG

IMG_7804.JPG

les marcheurs

IMG_7803.JPG  IMG_7805.JPG

Parmi les cyclos, on reconnaissait des clubs de l'hérault, Sérignan, Paulhan, Montblanc, Vias, Pézenas, Clermont l'Hérault, le Muc, ... et même  de Milhaud (Gard))

IMG_7801.JPG

les inscriptions

IMG_7794.JPG

IMG_7796.JPG

le groupe de marcheurs et cyclos sérignanais

IMG_7795.JPG

nos amis de Paulhan et Marylène, tous sourire aux lèvres

 

Au Pas de l'Escalette, sur le parcours, un ravitaillement était offert aux valeureux cyclos.

P1120773.jpg  P1120774.jpg

P1120775.jpg

le ravitaillement

Pendant ce temps là les membres de l'Amicale Larzac Aventure s'affairaient autour de Pierre Heredia, (initiateur de cette belle rencontre) pour accueillir tous les participants à leur retour de balade.

IMG_7799.JPG  IMG_7808.JPG

IMG_7814.JPG

Pierre (Larzac Aventure) et

Christiane (Comité France Parkinson)

Plusieurs représentants du Comité France Parkinson Hérault étaient là aussi, pour renseigner et informer sur la maladie de Parkinson.

 

IMG_7791.JPGAvait lieu également, une présentation de VAE (vélo à assistance électrique) par le magasin MONDOVELO de Béziers.

 

 

Apéritif pour tous au retour...  

IMG_7833.JPG

 

IMG_7828.JPG

IMG_7818.JPG  IMG_7820.JPG

les marcheurs et les cyclos                                                 le vélo club de sérignan

IMG_7821.JPG  IMG_7822.JPG

le cyclo club de Paulhan 

IMG_7817.JPG  IMG_7809.JPG

le vélo club clermontais

IMG_7826.JPG

des amis de Clermont l'Hérault ...

Après la randonnée, la rencontre se poursuivait par un repas auquel plus de 100 personnes participaient, repas préparé par le CAT du Caylar, et servi avec enthousiasme par toute l'équipe de Larzac Aventure.

IMG_7838.JPG  IMG_7839.JPG

au service et en cuisine ...

De nombreux amis cyclistes étaient là.... Et comme nous étions tous heureux de leur présence !!!

Le CODEP34, aussi,  en la personne de Jacques Clamouse, son Président , et de bien d'autres membres, Marylène Clamouse, Guy Estopina, Christian Arnold, James Mara, Christian Lopez.

Impossible de citer tous les amis, ils étaient plus de 200 !!!

IMG_7825.JPG      IMG_7835.JPG

René Luchaire,                              Jacques Clamouse Pt du Codep34 et

  fondateur de l'Amicale                Guy Cambéssèdes nouveau Pt de Larzac Aventure

 

En cours d'après-midi, quelques chansons interprétées par René Baldellon, par Marie-France, et des contes en occitan par Bob le contejaire, sont venues égayer le moment !

IMG_7843.JPG   IMG_7842.JPG

IMG_7844.JPG

toute l'Amicale à l'écoute et en admiration devant le contejaire...

IMG_7847.JPG

 ****************

Ce fut une grande et belle journée remplie d'amitié et d'une intense émotion, très certainement ressentie par tous les présents, surtout lorsque Pierre prenait la parole pour témoigner, et expliquer son combat contre la maladie. Magnifique leçon de courage et de force !!!

Merci à Pierre pour avoir eu cette idée merveilleuse de rencontre,  et d'avoir su convaincre et entrainer toute l'équipe de Larzac Aventure. Merci à Jean Marie, pour avoir TOUT parfaitement orchestré, et merci à Guy Cambéssèdes, nouveau président de l'Amicale Larzac Aventure, et à René Luchaire, Président d"honneur,  pour nous avoir accompagné  et soutenu dans cette "aventure".

Merci Pierre pour ton amitié sans limite.

Merci à toutes et tous d'avoir été là, participants et organisateurs.

P1120778.jpg

Tous unis...

Une grande journée de bonheur qui fait chaud au cœur dans un monde si dur quelquefois !!!

Marie-France

 

texte, photos MFB et JP

mise en page MFB 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

L'Amicale chez les Bretons

L’Amicale chez les Bretons

Plus je l’imaginais, plus étaient lourdes mes paupières.

Je voulais voir, toucher, sentir sa colère.

Mes nuits étaient bercées de tempêtes.

Je voyais des vagues immenses submerger la roche,

Pourtant, nous apparut, si précieuse, la côte de granit rose.

La nuit venue, l’astre lunaire donnait à l’eau la lumière.

Le long du rivage, en rentrant du resto, l’Amicale était heureuse.

Les étoiles dans l’eau étaient des danseuses.

Nous voulions voir la mer s’éloigner,

Mais nous l’aimions bien plus quand elle s’approchait.

L’eau jouait avec nous comme pour nous emprisonner.

Alors, nous filions vers l’intérieur pour visiter Tréguier.

Au-dessus des toitures, la flèche de la cathédrale s’élançait

Il fallait se grandir, se raidir, être de tous les combats,

Pour aller, de criques en criques, voir le rivage en contrebas.

Dans la couleur du chaos granitique, nous avons découvert Ploumanac’h

De Trébeurden, Lannion, nous avons roulé vers Port-Blanc

Parfois, nous aurions apprécié la force du vent

Pour nous hisser en haut, nous le voulions tellement !

Ebahis par le paysage, nous étions comme des enfants

Nous prenions conscience de ce paysage si grand.

Dommage que, parfois, j’avais besoin qu’on me tienne le bras.

De l’embarcadère, un bateau nous mena visiter Bréhat.

Il fallut peu de temps pour comprendre

Pendant que la marée se faisait attendre.

Les hortensias sont légion dans cette contrée de granit.

Le crabe, le lieu, les bigorneaux se sont dégustés en harmonie

Un régal de chef qui ne s’est jamais trahi.

Mais où étaient la pluie, le vent, la tempête ?

Où était cette eau s’esclaffant sur le continent ?

C’était un coup de de chance, tout simplement.

Pas de crêpes, pas de bigoudènes

Pendant toute la semaine.

Pas de frêle esquif

S’écrasant sur les récifs

La Bretagne nous a tous surpris

Par tant de couleurs qu’elle nous offrit.

Nous étions en Bretagne,

Venus d’Aquitaine et d’Occitanie,

Mais ce fut bien vite fini !  

« L’Amicale chez les Bretons »,

C’était en septembre.

 

Pierre H

P1000233.JPG P1000265.JPG

P1000304.JPG P1000453.JPG

P1000330.JPG

P1000340.JPG

P1000481.JPG

 

 

P1000516.JPG

 

texte et photos Pierre Heredia

 

mise en page MFB

 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

Aventure en Bretagne chouanne

Aventure en Bretagne chouanne

3 Cibistes et 13 aventuriers du Larzac se sont retrouvés à Louannec, tout près de la belle ville de Perros-Guirec.

IMG_0020.jpg

Déjouant tous les pronostics et les lieux communs, c’est le soleil qui nous a accueillis dans cette belle contrée des côtes d’Armor. Bien sûr les petites laines étaient de rigueurs et nous avions tous fait provision de douceurs pour l’apéritif qui n’a pas manqué d’animer chacune de nos soirées.

20170917_144426.jpg

IMG_7300.JPG

Clarisse, Luc et moi retrouvons avec plaisir Jean-Marie et Josette, Jo, Bernard et Marie-France, Jacques et Josie, Bernard et Marie-Thérèse, Gérard et Annie et nous faisons la connaissance de Pierre et Noëlla. Le joyeux tintement des bouteilles, la profusion des conversations, le rose qui monte aux joues, l’accent de Gérard qui domine cet agréable brouhaha, ce sont nos retrouvailles où chacun se raconte avec plaisir.

20170917_192328.jpg

Chaque soir, après ces festivités préliminaires, nous marchons un petit quart d’heure pour nous rendre au restaurant.

20170917_195506_LLS.jpg 20170919_194804.jpg

20170919_200501.jpgLe chef nous accueille, silhouette mince et énergique, les bras tatoués d’ancre de marine et d’hermine bretonne. Chaque soir il nous surprend par l’inventivité de ses menus et sa manière d’accommoder poissons, coquillages et crustacés.

 

20170919_214259.jpg

Retour au camping à la nuit tombée par une marche digestive.

Pour notre première journée de vélo nous partons lundi, explorer le cœur de la région en passant par la grosse ville de Lannion.

IMG_0002.jpg IMG_0006.jpg

IMG_0003.jpg  IMG_0009.jpg

Cette région est composée d’une majorité de cultures céréalière (du maïs et encore du maïs) bordées de buissons de fougères encore vertes, ce qui surprend les sudistes que nous sommes, de petits bois de châtaigniers, de jolis villages aux maisons de granit recouvertes d’ardoises.

IMG_0015.jpg  IMG_0008.jpg

Au centre, des églises lancent vers le ciel leur clocher encadré de clochetons sculptés. Nous sommes au cœur d’une région où sévit jadis la chouannerie et nombreux sont les calvaires de pierre ornant les carrefours et les cimetières. Comme le paysage est sillonné de nombreux cours d’eau, nous devons souvent descendre et remonter des raidillons à forte pente. Notre navigation est difficile malgré les roadmaps concoctés par Jean-Marie, pour la bonne raison que la signalisation routière est assez sommaire quand il s’agit d’indiquer les noms de lieux et pour l’absence quasi-générale de bornes kilométriques. Nous apprécions l’utilité de mon GPS malgré quelques hésitations aux carrefours. Nos amis du Larzac, peu habitués à cet outil, sont parfois dubitatifs quant aux choix de directions à prendre. C’est aussi l’occasion de bonnes rigolades.

Nous renouvelons ce type de ballade, le vendredi en évitant cette fois la traversée de Lannion et  en faisant une visite externe du château féodal de Tonquedec.

IMG_0108.jpg

Mais pour la plupart d’entre nous ce sont les sorties le long du littoral qui sont les plus appréciées.

Mardi nous explorons la côte depuis Perros-Guirec jusqu’à Trébeurden et de Port-Blanc à Trélévern. C’est un enchantement et les photographes se défoulent tant les panoramas sont somptueux : le contraste de ces rochers roses et ronds, parfois gigantesques avec la mer, elle-même toute en nuances de bleus allant de l’émeraude au violet, est vraiment magnifique.

IMG_0034.jpg

 

IMG_0022.jpgLes petits ports de pêche, les points de vue en surplomb nous font multiplier les arrêts et prendre du retard sur notre parcours. Heureusement notre traversée d’ouest en est de Trébeurden à Port-Blanc se fait à une bonne allure avec un vent favorable et une traversée de Lannion évitée avec maîtrise. Je connais la région et fait quelques commentaires mais je ressens le même plaisir à la redécouvrir avec mes amis.

IMG_0023.jpg

Mercredi nous transporte sur la côte située plus à l’est à la pointe du Port Hir avec sa maison de pêcheur construite entre deux gros rochers, puis nous découvrons Tréguier et sa gigantesque cathédrale. L’après-midi nous poursuivons notre exploration côtière jusqu’au Sillon de Talbert, cette curiosité géologique composée de sable et de galets qui s’avance dans la mer sur plus de 3 km.

IMG_0067.jpg

Enfin nous allons découvrir un temps typiquement breton ! Jeudi s’annonçant pluvieux, nous sommes prêts, tout est planifié : le matin une visite de musée, un repas pris dans une crêperie puis la visite du centre de télécommunication de Pleumeur-Bodou.

 

IMG_0102.jpg

La matinée est conforme à nos attentes avec un bon crachin local mais l’après-midi s’avère presqu’ensoleillée. Qu’à cela ne tienne, nous nous réjouissons de notre journée qui nous laisse un bon souvenir abondamment commenté durant la soirée.

Pour la dernière journée, les trois Cibistes ont préféré retourner au bord de la mer plutôt que dans les maïs et c’est avec bonheur que nous faisons une petite excentrée jusqu’à Paimpol.

IMG_0123.jpg

Cette fois la côte abandonne peu à peu ses rondeurs vues les jours précédents, pour une roche plus déchiquetée, aux teintes plus rougeâtres.

IMG_0136.jpgLuc est un marin et s’enflamme dès qu’il aperçoit un vieux gréement. Tous les trois, nous nous régalons à nouveau de ce que nous observons et savourons de pouvoir prendre notre temps.

 

Après avoir pique-niqué dans le port de Paimpol, nous visitons l’abbaye de Beauport, prenons de la hauteur en suivant la route des falaises. Là encore c’est la surprise, l’étonnement de la découverte de panoramas à couper le souffle.

IMG_0148.jpg IMG_0149.jpg

Une fois redescendus sur le village de Lanloup, nous remontons sur Paimpol par l’intérieur des terres en prenant le temps de visiter les vestiges de la surprenante église romane de Lanleff construite en cercle et joliment restaurée.

IMG_0170.jpg  IMG_0173.jpg 

Cette semaine fut encore une belle rencontre d’amitié, riche en souvenirs, que nous devons aux talents d’organisation de Jean-Marie à qui je tire mon chapeau ! Bravo pour le choix du lieu, bravo pour la qualité de l’hébergement et de la restauration et cerise sur le gâteau nous avions des itinéraires préparés avec soin.

Après une dernière soirée sympathique nous nous sommes séparés pour le long retour vers nos ports d’attache. A l’année prochaine !

Philippe M.

texte et photos Philippe Maze

mise en page MFB

Plus de photos dans 2 albums photo en marge

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

06/10/2017

Escapade en Chartreuse

 

Deux Larzaciennes en Chartreuse

DSCN8964.JPG

 

Encore de beaux week-ends d’automnes aux chaudes couleurs. Pourquoi ne pas tenter de cycler vers d’autres contrées que notre familier Larzac ?

C’est ainsi que Andrée et Jeanine sont allées fin septembre à Saint Laurent-du-Pont (Isère), rejoindre les Amis d’une autre Association aux mêmes critères cyclo-touristiques que nos Amicalistes Aventuriers.

DSCN8943.JPG

DSCN8960.JPG

Et elles ne furent pas déçues : question convivialité, idem,  mais question paysages, le pied !

DSCN8958.JPG DSCN8953.JPG

Oh bien sûr, ce n’étaient pas les Dolomites… mais enfin, des gorges étroites cernées de grottes, une Voie Sarde cyclo-muletière entre l’ancien Duché de Savoie et la province du Dauphiné (devenue Isère en 1880), de grasses prairies où paissent Montbéliardes, Abondances et Tarines laissant présager de succulents fromages : délices de Chartreuse, tommes de montagne ou raclettes des Entremonts… des villages endormis aux clochers élancés lovés entre tendres vallonnements, de gentils petits cols comme on les aime, de petites routes bordées de noyers en pleine production (juste se baisser sans descendre de sa monture…), des couleurs, alors là ! des hêtres virant aux chaudes couleurs flamboyant entre les résineux encore bien verts, le tout sur fond d’escarpements rocheux abrupts et très découpés caractéristiques à cette Chartreuse méconnue.

DSCN8939.JPG

DSCN8967.JPG

DSCN8985.JPG DSCN9038.JPG

DSCN8972.JPG

RSCN9023.JPG

Si vous souhaitez de gentils circuits (un peu de dénivelé quand même !) en cette belle région, laissez-vous tenter, nous pouvons vous fournir cela.

Bref, deux journées automnales bien remplies en attendant de nous retrouver sur notre cher Larzac.

DSCN8998.JPGJeanine 

 

 

Texte et photos jeanine L.

mise en page MFB

 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

26/09/2017

"rouler et marcher pour Parkinson"

"rouler et marcher pour Parkinson"

le dimanche matin 22 octobre 2017, au départ du CAYLAR

se déroulera une randonnée cyclotouriste et pédestre

organisée par l'Amicale Larzac Aventure

et le Comité France Parkinson Hérault

Sont proposés : 2 parcours cyclo et 2 parcours pédestre

à travers les beaux paysages du Causse du Larzac

Repas de midi sur inscription servi à la Salle des fêtes du Caylar

Dépliant informations, cliquez ici = => randonnée 22 oct. 2017

Plus de renseignements et inscriptions :

Pierre HEREDIA 06 58 53 22 60

Nous vous espérons nombreuses et nombreux

 

 

 

 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |

15/09/2017

Escapade Viganaise

 

Escapade Viganaise,

Septembre étant là, je pouvais profiter pour faire un petit séjour cévenol.

un temps a mettre un cyclo dehors.JPG

La température se devait être clémente et la circulation plus fluide…

Rien de cela, mais rien n'arrête un cyclo averti !!!!!

un temps à mettre

un cyclo dehors ...

 

inseparables même sur les panneaux indicateurs.JPGPremière étape Milhaud - la Gardiolle, (prés de Sauve)

Il fait très chaud cet après-midi mais la balade sera courte. Petites routes tranquilles et partiellement ombragées. 

 

Inséparables, même sur les panneaux indicateurs !!

Je passe sur le Vidourle bien sage aujourd’hui ! ce fleuve côtier est capable en quelques heures de tout détruire sur son passage. En aval Sommières se méfie toujours des épisodes cévenols. On appelle ces crues soudaines des Vidourlades.

bez  pont sur l'arre.JPG

BEZ  pont sur l'Arre

la fontaine de bez.JPG

la fontaine de BEZ

les cévennes  bez.JPG

les Cévennes  BEZ

Les vendanges battent leur plein, maintenant ce ne sont plus les rires des vendangeurs, mais les machines bruyantes qui récoltent les raisins en un temps record.

Petite voie verte entre Quissac et Sauve, la micheline qui reliait Nîmes au Vigan a disparue, laissant la place aux marcheurs, cyclistes et rollers !

l vaunage a mes pieds.JPG

la Vaunage à mes pieds

Sauve capitale de la fourche. Au siècle dernier, cet artisanat était florissant, des milliers de fourches en bois étaient envoyées dans le monde entier. La cavalerie française en faisait bon usage car cet outil n'était pas dangereux comme les outils en fer.

Une petite côte et me voilà arrivé. 30 degrés quand même à dix-huit heures !!!

La Gardiolle, « Accueil Montfortain »,  était dans les années 30 un petit centre de « redressement » tenu par des pères catholiques qui venaient de Montfort sur Meu en Ille et Vilaine.

Outre l’école un apprentissage pouvait se faire : menuiserie, ferronnerie, élevage d’animaux (cochons poules et lapins), viticulture et les travaux courants d’une grande ferme. Le vin d’excellente qualité se faisait au domaine jusqu’aux années 80. Maintenant cet endroit est tenu par des laïcs qui proposent des séjours pension, repas et lieux de réunion dans un havre de paix. Une dizaine de prêtres viennent pour leur retraite.

la gardiolle premoere étape.JPG   église de la gardiolle.JPG

église de la Gardiolle

La nuit fut très bonne, seuls les cris d’animaux nocturnes venaient à mes oreilles, ces bruits étant réparateurs contrairement aux bruits des villes.

Le petit déjeuner pris je pouvais partir vers les hautes terres chères à Gaspard, le héros du récit qui a obtenu le prix Charles Antonin : la grande transhumance.

Le temps est splendide, me voici au Vigan pays d’André Chamson notre académicien.

Il est enterré là-haut à la Lusette avec son épouse, ce col où le cœur s’emballe quand on arrive dans les derniers lacets.

la promenade des chataigniers  le vigan.JPG

la promenade des châtaigniers -  LE VIGAN

Le Vigan où la bonneterie était reine il y a quelque temps.

Je me reposerais à la promenade des châtaigniers mais l’herbe n’est que paille jaunie….

Maintenant cela va monter, il fait très chaud malgré un fort mistral qui descend des montagnes. Saint Jean de Bruel est encore assez loin et je commence à ressentir une fatigue anormale. Est-ce l’âge ? la chaleur ? je n’en sais rien encore.

Un petit gite sympathique se trouve là, le patron peut m’accueillir. Malgré le tarif un peu excessif, je préfère m’arrêter.

Un seul bémol mon vélo devra attendre dehors et nous pourrons le rentrer dès la fermeture, cela me gêne un peu mais au fond d’une impasse il est hors de vue.

Je mets quand même l’antivol, la chambre est spacieuse, très propre, le seul inconvénient elle donne sur la route et le passage est très important.

Bonne sieste puis lecture en partie du livre de Paul Fabre sur la signification des noms de lieux occitans.

L’heure du repas étant à 20 heures je peux faire le tour de ce petit village cévenol baigné par l’Arre.

P1040136.JPGP1040141.JPGNoms de rues : Montée de Christine, Fontaine lointe …

 

 

Ce village est blotti au pied de la montagne plus haut Esparon que je viendrais visiter un autre jour.

Le repas est excellent, digne des meilleures tables, le propriétaire du gîte est pour les circuits courts et de préférence bio, la viande arrive du proche Aveyron, les fruits et légumes du coin.

des légumes et fruits pour tous.JPG

des légumes et fruits pour tous

Avant de faire ce métier, il élevait des chèvres sur le mont Lozère et un jour il a voulu faire la transhumance à l’envers descendre son troupeau l’hiver dans la plaine, mais les chèvres habituées aux tendres pousses n’ont pas appréciées les dures feuilles de la garrigue ; le projet semblait intéressant, mais il ne perdura pas..

dressé vers le ciel.JPG

dressé vers le ciel ...

 

Bonne nuit réparatrice demain retour au bercail ...

Le retour se fit sans peine, moi aussi je faisais comme on dit pour le retour de la transhumance : la davalade..

Jack maillot vert   !!!!!!!

jack maillot vert!!!!!!!!!!!!.JPG

 

La chaleur était encore là, les jambes tournaient bien et je pourrais me refaire une santé chez moi.

Seule ombre au tableau la perte d’une dent à mon peigne !!!!!!!

 

Mais j’irai consulter mon médecin car la chaleur et mon âge ne sont pas les seuls responsables de cette méforme.

Jack Sabatier

Amicale Larzac Aventure

 

Écrit par LA - mise en page MF | Commentaires (0) |